[Argentina] Jorge Olivera, responsable de l’enlèvement de Marie-Anne Erize, en cavale

Le 5 juillet 2013, Jorge Antonio Olivera, responsable de la disparition de la franco-argentine Marie-Anne Erize, est condamné pour ses actes lors de la dernière dictature militaire, à la prison à perpétuité.

Le 25 juillet, il est conduit, avec un de ses camarades accusé, à l’hôpital militaire central Cosme Argerich pour des raisons médicales floues. L’autorisation de son transfert depuis le centre pénitentiaire a été appuyé par la psychologue Marta Ravasi, sa femme.
L’évasion pensée par Olivera se révélera être une réussite car il est encore aujourd’hui en cavale. Mais rien n’aurait pu se faire sans ses collaborateurs, membres du pouvoir judiciaire, des forces armées, du service pénitentiaire fédéral et du corps médical.
Les deux hommes sont aujourd’hui introuvables, une récompense de 2 millions de pesos est mise en jeu pour chacun d’entre eux.

Le 15 octobre 1976 à midi, alors qu’elle venait faire réparer son vélo, Marie-Anne Erize fut la proie d’un enlèvement. Un inconnu en civil l’aborda et finit par la pousser agressivement à l’arrière d’une Ford Falcon, marque de fabrique des patotas (groupes paramilitaires) lors de la dictature, avec l’aide de deux autres agresseurs. Ce fut la dernière fois que la jeune femme fut aperçue. Depuis peu, elle s’était réfugiée àSan Juan, petite ville du nord-ouest de l’Argentine. La dictature militaire l’avait contrainte à fuir Buenos Aires, devenue alors trop dangereuse pour elle.

La jeune femme d’origine française naquit en 1952 et grandit dans la province de Missiones. Adolescente, elle s’installera avec sa famille à Buenos Aires. À 19 ans, elle jonglera entre différents mondes : celui de la mode, où elle débutera une carrière de mannequinat, et celui de l’action sociale à la villa (Bidonville argentin) Bajo Belgrano.
Deux ans plus tard, elle s’oriente vers une carrière de journaliste et de ce fait s’inscrit à l’Université de Buenos Aires dans la filière anthropologie. Nous sommes en 1973, comme beaucoup de jeunes de gauche, Marie-Anne attends avec impatience le retour de l’ancien président éxilé, Juan Domingo Perón.
Très proche encore des habitants de la villa Bajo Belgrano, elle se rend avec eux à un événement tant attendu : l’arrivée de Perón à l’aéroport d’Ezeiza, le mercredi 20 juin 1973. Toutes la gauche argentine y est rassemblée. Mais le « vieux », comme on l’appelle, a bien changé lors de son exil en Europe aux côtés de Franco et d’autres fascistes en vogue sur le vieux continent. Les cris de joies sont bientôt remplacés par ceux de terreur et de douleur. Perón ordonnera à l’aile droite péroniste de tirer sur les « gauchistes » présents. Un véritable massacre eu alors lieu.
Comme beaucoup, Marie-Anne se sentira trahie par cette homme qui leur avait promis la révolution. Et par le biais de son compagnon de l’époque elle rejoindra la guérilla, le groupe des Montoneros.

L’ancien militaire Jorge Olivera s’est bien reconverti à la sortie de la dictature : Il ne s’agit plus de torturer et de commanditer des enlèvements mais de défendre ceux qui ont agit ainsi. Il est alors avocat et dément toute inculpation concernant son implication dans la disparition de Marie- Anne Erize. Comme toute pourriture qu’il a pu être et qu’il est encore, il n’a eu aucun scrupule lors de la défense de personnages tels que le général  Guillermo Suárez Mason (commandant lors de la dictature du 1er corps de l’armée argentine et ayant ainsi le pouvoir décisionnel des agissements dans les centres de détention clandestins Automotores Orletti, Pozo de Banfield, La Cacha et Olimpo), l’Amiral Emilio Eduardo Massera (un des dirigeants de la junte) ou Erich Priebke (Hauptsturmführer de la SS  à Rome).

En 2000, alors qu’il s’apprêtait à savourer une seconde lune de miel en Italie avec sa femme, il fut arrêté par Interpol sous la demande du juge français Roger Le Loire pour la disparition de Marie-Anne Erize.
Sa défense en Italie fut assurée par l’avocat néofasciste Augusto Sinagra, défenseur également de Licio Gelli, grand maître de la Loge P-2, dont les anciens membres n’étaient autres que Guillermo Suárez Mason, Emilio Eduardo Massera et Sinagra lui même.
Avec l’aide de l’armée Olivera obtint après 42 jours d’enfermement, sa liberté.

En 2007, le juge fédéral de San Juan, Leopoldo Rago Gallo, ordonna la détention d’officiers et sous-officiers dont Olivera pour les tortures commises à l’encontre de l’actuelle juge Margarita Camus. Furent alors arrêtés Osvaldo Benito Martel et Alejandro Víctor Lazo. Mais Olivera y Vic passèrent à la clandestinité.
Durant un an Olivera, se prélassa tranquillement à Vicente López en compagnie de sa femme dans un somptueux chalet.
Le 3 novembre 2008, une brigade de la Police Fédérale l’arrêta malgré une tentative de fuite du bourreau.

On sait aujourd’hui que l’enlèvement de Marie-Anne Erize fut dirigée par Olivera accompagné des officiers Eduardo Bic et Eduardo Daniel Cardozo. Il emmenèrent alors la jeune femme au centre clandestin de détention « La Marquesita » où Olivera et Cadozo se disputèrent entre eux le droit de violer la détenue. Ils l’assassinèrent peu après.

Comment de telles ordures peuvent encore échapper à une justice, déjà trop douce pour eux, avec la complicité des institutions ?
Pourquoi réclamer justice alors que c’est elle-même qui l’aide à s’évader ?
Reprenons en main une vraie justice populaire et auto-organisée et appliquons la nous-même !

sources : Tiempo argentino

Philippe Broussard, La disparue de San Juan, Argentine, octobre 1976, Stock, Paris, 2011, 436 p.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *