[México] Principio zapatista… Empezamos con las mujeres…

usted estaL’EZLN, connue comme un groupe armé mexicain de gauche dite autonomiste, anticapitaliste, antiglobalisation et antinéoliberaliste, se fait connaître à travers ses déclarations.

On compte aujourd’hui six déclarations de la Selva Lacandona qui sont à savoir :

  • 1994 : la Déclaration de guerre

  • 1994 : La Convention Nationale

  • 1995 : Le Mouvement de Libération

  • 1996 : Le Front zapatiste

  • 1998 : La reconnaissance constitutionnelle

  • 2005 : L’autre campagne

L’essentiel de toutes ces déclarations repose sur une vue à la fois locale et globale. C’est à dire dans un premier temps, de la défense des droits collectifs et individuels qui furent niés historiquement pour les peuples indigènes mexicains.

En second, la construction d’un nouveau modèle de nation qui inclus le démocratie, la liberté et la justice comme principes fondamentaux d’une nouvelle forme politique. Enfin, la création d’un réseau de résistance et de rébellion altermondialiste au nom de l’humanité et contre le néolibéralisme.

Voilà comment il est possible de définir en quelques mots ce qu’est l’EZLN. Mais ces mots ne sont que palabres et l’imagination est très vite perdue, voire limitée pour certain.e.s.

Alors quelques images s’imposent pour illustrer l’histoire et le présent de cette organisation.

zapatistas bloqueo

mirada

  Le mouvement naît en 1983 et se fait connaître en 1993-1994 pour la première déclaration de la Selva Lacandona1. Le mouvement continue à informer tous les mexicains du nord au sud à l’occasion des marches organisées.

Ce mouvement se réclame comme défendant les indigènes mais aussi tous ceux qui ressentent l’exploitation, le vol et l’humiliation des dirigeants et des plus riches.

Mais contrairement à beaucoup de mouvements de lutte quels qu’ils soient, et conformément à la révolution mexicaine de 1910, le droit des femmes est fondamental au sein de l’EZLN. Loin de la société genrée occidentale, les déclarations faites à ce sujet vont à l ‘encontre des habitudes des colonisateurs. Elles se veulent rétablir une égalité complète, débat qui n’a d’ailleurs en principe pas lieu d’être, mais qui se doit pour (r)établir les bases de la construction d’une société nouvelle.

Et pour illustrer ces propos, il paraît inévitable de retrouver la Loi Révolutionnaire des Femmes :

Premièrement : Les femmes, sans distinction de race, croyance, couleur ou affiliation politique, ont le droit de participer à la lutte révolutionnaire dans le lieu et au grade de leur volonté et leurs capacités.

Deuxièmement : Les femmes ont le droit de travailler et de recevoir un salaire correct.

Troisièmement : Les femmes ont le droit de décider du nombre d’enfants qu’elles désirent avoir et dont elles désirent s’occuper.

Quatrièmement : Les femmes ont le droit de participer aux prises de décisions au sein de la communauté et choisissent si elles sont éligibles librement ou démocratiquement.

Cinquièmement : Les femmes et leurs enfants ont le droit à une ATTENTION PRIORITAIRE lors des questions de santé et alimentation.

Sixièmement : Les femmes ont droit à l’éducation.

Septièmement : Les femmes ont le droit de choisir leur partenaire et ne sont pas obligées de se marier de force.

Huitièmement : Aucune femme ne pourra être battue ou maltraitée physiquement ni par un membre de sa famille ni par des étrangers. Tout délit de tentative de viol ou de viol seront punis sévèrement.

Neuvièmement : Les femmes pourront occuper des postes de direction dans l’organisation et avoir des grades militaires au sein des forces armées révolutionnaires.

Dixièmement : Les femmes auront toutes les droits et obligations que stipulent les lois et les règlements révolutionnaires.

Des droits qui dans les communautés zapatistes ne sont pas seulement écrits et qui au contraire d’un bon nombre de sociétés sont réellement appliqués. Les femmes sont depuis toujours respectées à l’égal des hommes dans des domaines que même le « vieux continent » n’a jamais atteint. De nombreuses sociétés doivent prendre exemple sur l’un des principes fondamentaux des zapatistes.

L'(a) (r)évolution ne doit pas se faire uniquement par le renversement d’une quelconque forme de pouvoir mais aussi par l'(a) (ré)instauration de bases de vie fondamentales et surtout indispensables, redonnant un sens réel et juste à l’humanité.

Sources : https://zapateando.wordpress.com/2008/11/17/detras-de-cada-comunidad-zapatista-hay-una-historia-unica/

 

1Voir article précédent.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *